Ville de Brens

Le site officiel de la ville de Brens,
5 Place Mairie,
81600 Brens,
Tarn, France,
05 63 57 05 04
mairie-de-brens@wanadoo.fr

Accueil > Infos Urgentes > processionnaire du pin

processionnaire du pin

lundi 9 février 2009, par Mostardi

PROCESSIONNAIRE DU PIN
 
Comme chaque année en cette saison,(de septembre à mai)de nombreux cocons soyeux sont observables dans certains pins. Il sagit des nids d’hivernage des chenilles processionnaires du pin (Thaumetopoea pityocampa). A la fin de Ihiver, les chenilles (qui se sont nourries des aiguilles de larbre) descendent senfouir dans le sol pour sy chrysalider avant de devenir papillon.
Quels sont les risques : pour les humains et les animaux ?
Le corps des chenilles est recouvert de poils urticants microscopiques qui se brisent facilement et sont transportés dans l’air lorsque la chenille se sent agressée. Ils sont également présents en quantité dans les nids, ce qui rend leur manipulation dangereuse.
Leur caractère urticant peut provoquer chez l’homme des réactions de demangeaison au niveau du cou, des mains, du visage. Le contact avec les yeux est aussi dangereux, et leur inhalation peut provoquer une gène respiratoire, voire une crise dasthme.
Les animaux les plus atteints sont les chiens et les chevaux, souvent victimes, àterme, de nécroses de la langue.
I’espéce est cause d’inquiétudes pour les effets devastateurs des chenilles sur les pins etles cèdres.
Pour les arbres atteints ?
Une colonie de chenilles se nourrit de 2 kg d’aiguilles (en poids sec) cinq colonies peuvent entièrement defolier un pin de 20 ans.
Quelles précautions conseiller face à cet insecte ?
De manière générale, il est essentiel de recommander la plus grande vigilance envers ces chenilles.
Les poils urticants sont invisibles à l’oeil nu. La chenille les projette en lair quand elle se sent menacée. Ces poils peuvent rester en suspension et être urticants même après les processions (bacs à sable, ... ).
En cas de réaction cutanée ou de troubles respiratoires, consulter en urgence un médecin en lui précisant la psence des chenilles processionnaires.
Quelles possibilités de lutte ?
Les luttes possibles limitent les populations mais aucune dentre elles ne permet ni d’éradiquer le ravageur, ni d’éviter une nouvelle infestation, car les chenilles peuvent rester enfouies dans le sol de quelques joursà 5 années et ces papillons volent sur de grandes distances (de 3 km pour les femelles à 25 km pour les mâles).
La lutte par produit chimique est à proscrire en zone urbaine (elle est limitée aux grands espaces forestiers) .
Les méthodes de lutte prophylactique et biologique permettent la régulation de cet insecte et limitent localement ses populations àun taux compatible avec la présence humaine. Ces différentes méthodes sont complémentaires les unes des autres.
Basées sur le cycle biologique de l’insecte, de ses prédateurs et de ses arbres hôtes, ces méthodes de lutte ne peuvent être éfficaces que si elles sont effectuées de façon raisonnée et au moment opportun.
Exemple du piègeage par phéromones
Les chenilles donneront naissance, après chrysalidation, àun papillon qui ira se reproduire pour multiplier les populations.
C’est à ce stade qu’une stratégie de lutte est envisageable : la technique de piégeage des papillons par phéromone est une solution biologique qui permet de réduire les populations en empéchant la reproduction des papillons.
Le piege est installé dans I’arbre (a 3 mètres de haut maximum). A l’interieur, se trouve une capsule reproduisant le parfum spécifique de la femelle : la phéromone. Le mâle attiré par cette odeur tombe dans le piège et se noie dans le liquide. Cette methode est non polluante et inoffensive pour la population.